Séminaire « L’objet de l’exposition : le regard ethnographique »

Le Séminaire de recherche L’objet de l’exposition, conduit conjointement par le département d’histoire de l’art de l’Université François-Rabelais de Tours (Frédéric Herbin) et l’École Nationale Supérieure d’Art de Bourges (Giovanna Zapperi) reprend le mardi 14 octobre. Cette année, un nouveau thème sera abordé : le regard ethnographique.
Mardi 14 octobre, 13H30-16h30, Université François Rabelais (salle 8 de l’extension)

Lotte Arndt  – « Troubler les réserves »

Loin de s’agir de questions et d’objets « du passé », la mise en espace et conservation des objets ethnographiques participe du présent. Les travailler vise à les transformer. Sur la base d’exemples d’expositions et de propositions artistiques, l’intervention que je propose discutera les stratégies par lesquelles artistes, activistes et curateurs ont entrepris de mettre en cause l’autorité des réserves ethnographiques. Les exemples choisis se focaliseront spécifiquement sur les restes humains, les questions de restitution, ainsi que sur les stratégies pour faire basculer un régime du regard objectivant, véhiculant des rapports de domination, pour changer les modes relationnels et permettre de secouer les certitudes épistémologiques.

 Lotte Arndt

Enseignante en théorie à l’École d’art et design de Valence depuis 2014, Lotte Arndt continue à publier, programmer et intervenir en indépendante. En 2013, elle soutient sa thèse sur les Négociations postcoloniales dans des magazines culturelles parisiennes relatives à l’Afrique (Humboldt Université Berlin/Paris VII, Diderot, 2013), et travaille pendant une année à la coopérative de la recherche de l’Ecole supérieure d’art de Clermont Métropole. Basée à Bruxelles, elle collabore avec le groupe d’artistes et de chercheuses Ruser l’image ; publie régulièrement sur des sujets ayant trait au présent postcolonial et aux stratégies artistiques en quête de subvertir des récits et institutions eurocentrés ; et contribue aux programmations culturelles, projections et débats dans des espaces d’art tels que la biennale de Berlin (Crawling Doubles, 2014), Khiasma (Possessions, 2013), Bétonsalon (Une légende en cache une autre, 2011), Laboratoires d’Aubervilliers (DesFigures Toxiques, 2014).

Parmi ses publications concernant le sujet des réserves ethnographiques : Vestiges of Oblivion – Sammy Baloji’s Works on Skulls in European Museum Collections, in Darkmatter. In the Ruins of Imperial Culture, 2013 (http://www.darkmatter101.org/site/2013/11/18/vestiges-of-oblivion-sammy-baloji’s-works-on-skulls-in-european-museum-collections/) ; “Giant Hunger for the Whole World – On Foreign Exchange. Stories that you wouldn’t tell a stranger“, Curated by Clémentine Deliss and Yvette Mutumba, Weltkulturen Museum Frankfurt, in Texte zur Kunst, no. 94, June 2014, p. 249-254, “Une mission de sauvetage. Exhibitions. L’invention du sauvage au Musée du Quai Branly”, in Mouvements, no. 72, décembre 2012 ; « Réflexions sur le renversement de la charge de la preuve comme levier postcolonial », bs 12, http://betonsalon.net/PDF/BS12_BETONSALONFINALLIGHT.pdf.


Stéphanie Rivoire

Conservatrice des Archives – Bibliothèque Kandinsky – MNAM/CCI
Chargée de projet Catalogue raisonné des expositions au Centre Pompidou

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *