Exposition itinérante “Michael Snow”

Michael Snow a fait sa première exposition en France en novembre 1977, à l’Ecole des Beaux-arts de Lyon, cela dans le cadre d’une exposition itinérante en Europe. L’étape qui nous intéresse particulièrement était celle du 13 décembre 1978 au 29 janvier 1979 au Musée National d’Art Moderne Pompidou, organisée en collaboration avec la Galerie Nationale du Canada (elle fut la première exposition solo consacrée à un artiste canadien). Michael Snow exerce sa pratique à travers différents arts comme la musique (pianiste et trompettiste jazz), la peinture, la sculpture ou encore la photographie et l’art cinématographique. Il laisse son empreinte par le caractère multidisciplinaire et expérimental de son œuvre.

L’exposition est partie de France pour arriver en Allemagne, et l’itinérance s’est découpée ainsi en dix étapes (dont six en France).

Ces étapes étaient les suivantes :

  • Ecole des Beaux-Arts de Lyon (Novembre 1977)
  • Maison de la culture de Grenoble (Janvier 1978)
  • Delta-Phi de Dijon (Février 1978)
  • Cité club dignois à Dignes (26 avril-10 mai 78)
  • Biennale Palais de l’Europe de Menton (Juillet 1978)
  • Musée National d’Art Moderne, CentrePompidou à Paris (Décembre 1978- Janvier 1979)
  • Kunstmuseum Luzern, Suisse (mi février- mi avril 1979)
  • Musée Boymans Van Beuningen, Rotterdam (avril- juillet 1979)
  • Rheinisches Landesmuseum, Bonn (Juillet- août 1979)
  • Statische Galerie Im Lenbachhaus, Munich (Octobre- novembre 1979)

Au Centre Pompidou, “Michael Snow” ‘a exposé plusieurs types d’œuvres : une installation sonore (Hearing Aid, 1976-1977), deux projections de diapositives, une quinzaine de photographies en couleurs et en noir et blanc, huit films (d’une durée de 15 minutes à 180 minutes) et enfin deux sculptures. Alors que la fin de l’exposition renvoyait le visiteur au point d’origine, la dernière œuvre, Sight, sert à encadrer l’éphémère et à l’intégrer à un objet précis, un objet fini. Cette exposition dont les œuvres sont pour l’essentiel venues directement du Canada, n’aurait pu se faire sans la collaboration de la Galerie Nationale du Canada à Ottawa. C’est la principale raison qui a permis au public de voir plus d’une trentaine d’œuvres de l’artiste. Au terme de ce que l’on a coutume d’appelé le « désenchantement du monde », une partie de l’art moderne s’est inventée dans un paysage de croyances bouleversées qui continue de participer à l’invention même des formes contemporaines. Il est intéressant de noter qu’une œuvre fut fabriquée spécialement pour l’exposition itinérante, il s’agit de « Plus Tard » (1977) constituée d’un ensemble de 25 photographies.

Le parcours entre vidéos, photos en couleurs et œuvres statiques en noir et blanc est une invitation, le spectateur est impliqué dans un processus très actif d’analyse qui a aussi un aspect temporel. L’œuvre exige “une disponibilité” du visiteur, une patience de sa part, un certain sens de la vue et de l’ouïe et particulièrement lorsqu’il s’agit d’œuvres cinématographiques atypiques comme c’était le cas dans “Michael Snow”. Dépourvues de narrativité mais également de toute “structure” que les visiteurs auraient pu avoir l’habitude de voir sur leurs écrans, ces œuvres n’offrent pas de repères ou de références rassurantes, ce n’est pas la forme cinématographique qu’ils ont l’habitude de regarder : ils assistent à une véritable expérience métaphysique. Dans la dernière œuvre, Snow tente de représenter sa pensée, y compris  ses intuitions et ses contradictions, dans toutes ses errances, à travers une analyse exhaustive des rapports entre les images et les mots dans leurs sens combinés ou séparés.

Durant ces quarante-huit jours, l’exposition a donné lieu à plusieurs animations :

  • Retransmission de l’émission avec et sur Michael Snow, production de Daniel Caux, diffusion sur France-Culture (ainsi que l’audiovisuel).
  • Projection de films de Michael Snow, salle du Musée du 3e étage.
  • Un colloque sur le thème de “l’image photographique comme processus d’expérimentation plastique” organisé le vendredi 19 janvier 1979 au Centre Pompidou et le samedi 20 janvier au Centre Culturel Canadien.
  • Enfin, un concert du groupe canadien CCMC (dont Michael Snow fait parti) s’est tenu le 24 janvier à 20 heures au Centre Pompidou et le 25 janvier à 20 heures au Centre Culturel Canadien.

L’exposition « Michael Snow » a permis à cet artiste multidisciplinaire d’aborder le public français pour la première fois, de pouvoir s’exprimer avec ses différents supports avec pour leitmotiv des moyens minimaux spécifiques à chacune de ces techniques, reflétant bien le but de ses recherches : cerner l’essentiel.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *