« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition” : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 9)

Par Angelica Gonzalez

Carles GUERRA introduit le projet collaboratif MELA (European Museums in an Age of Migrations). Il s’agit d’un programme interdisciplinaire à propos du nouveau rôle du musée dans la définition des nouvelles stratégies pour les musées contemporains et dans un contexte caractérisé par la migration continue des gens et des idées.  Guerra se concentre sur la présentation du programme des expositions récentes et sur la recherche à propos de la collection du musée. Le MACBA est ouvert en 1995  avec l’intégration des archives  composées des catalogues, des plans d’architecture, des documents de travail et d’une bibliothèque publique ainsi que d’un programme d’études qui accompagne l’appui à la programmation.

Comme étude de cas sur le rapport entre l’histoire du bâtiment, l’art contemporain et la recherche, Guerra propose une comparaison entre deux expositions récemment présentées au MACBA qui utilisent de manière différente l’archive et la collection: « Les anarchitectures de Gordon Matta-Clark » et le film de Rossellini « Le Centre Georges Pompidou ».

La première exposition de la collection  « Portafolio Office Baroque » situe les 46 travaux éphémères qui documentent les interventions dans divers bâtiments réalisées par Matta-Clark dans les années 70. Les archives de ces interventions ont été obtenues de la collection LATA. Guerra souligne l’importance de l’archive car ces interventions existent seulement grâce à la photographie, aux films et aux notes de l’artiste. L’intérêt d’exposer ces archives correspond aussi au besoin de mener une réflexion à propos de la politique urbaine et de son rapport avec l’histoire du MACBA.

Le film de Roberto Rosselli – de la même époque – montre l’ouverture du Centre Georges Pompidou. Ce film enregistre les premiers jours de l’activité du Centre et l’impact sur les visiteurs. Le film légendaire de l’histoire du CP n’a ni musique ni scenario. Dans l’exposition du MACBA sont exposés les registres sonores de Rossellini utilisant des micros cachés. C’est ainsi que le réalisateur a capturé les commentaires de visiteurs pendant leurs parcours en 1977. Aujourd’hui, le film peut se comprendre comme une forme de critique culturelle qui montre la relation entre le musée et l’urbanisme dans un moment où l’on croit à la culture pour tous.

Dans le contexte du MACBA, le film Le Centre Georges Pompidou de Rossellini invite à une réflexion sur le bâtiment où il s’expose. Le MACBA –comme Beaubourg- a été construit comme un moteur de la rénovation du quartier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *