Africa Remix, l’art contemporain d’un continent

Par Maeva Oussou-Essui

Vue de l’exposition Africa Remix. Identification des oeuvres : El Anatsui – Sasa Gonçalo Matunda- Eiffel Tower Sunday Jack Akpan- Chef de la police Antonio Olé – Townshipwall N°10 Yto Barrada – Grand Royal Turismo Moeshekwa Langa – Collapsing Guides. Photographie de Jean-Claude Planchet. Fonds muséographie des expositions temporaires, Bibliothèque Kandinsky, MNAM-CCI / Centre Pompidou.

Les années 1980 marquent un tournant sur le regard posé sur la création artistique non occidentale et notamment la création africaine contemporaine. A la suite de Magiciens de la terre, on voit se développer une série de manifestations ayant comme objectif de présenter une vision globale de l’art. La Biennale de Venise 1993, dont le commissaire général était Achille Bonita Oliva, défendait l’idée d’une culture sans frontières. En 1993, elle présenta une exposition intitulée Fusion : West African artist at The Venice Biennale, organisée par Susan Vogel et d’abord présentée à New-York au Museum for African Art. A Londres a eu lieu en 1995  Africa 95 la manifestation se présentait sous la forme d’un festival consacré aux arts de l’Afrique dans le domaine des arts plastiques, du théâtre et de la musique. Au cours des années 2000, des commissaires vont présenter dans ces manifestations internationales des expositions qui remettent en cause les notions de frontières.   Authentic/Ex-Centric organisé par Salah Hassan et Olu Oguibe à la Biennale de Venise en 2001, et Fault Lines, contemporary African Art and the Shifting Landscapes organisée par Gilane Tawadros en 2003, sont représentatives de ce nouveau modèle d’expositions. Piloté par Okwui Enwezor, la seconde édition de la Biennale de Johannesburg interrogeait la place des périphériques de création au sein d’une géographie mondiale de l’art. C’est dans la ligné de ses expositions que le Centre Pompidou présente en 2005 : Africa Remix, l’art d’un continent.

Africa Remix, l’art d’un continent est née d’un projet entre David Eliott et Jean-Hubert Martin d’organiser une manifestation sur la création contemporaine africaine. A la recherche de partenaires institutionnels et financiers, ils se sont tournés vers la Hayward Gallery de Londres et le Moderna Museet de Stockholm. David Elliot ayant été nommé au Mori Art Museum au Japon, Tokyo a été ajouté a la liste des lieux.

La participation de Marie-Laure Bernadac a été plus tardive :

Pour ma part, j’interviens par un biais complètement différent. J’avais été chargée par le Quai Branly, en 2002, d’écrire un rapport pour définir la politique à mener en matière d’art contemporain, pour réfléchir aux projets à mettre en place, aux grandes orientations… (…). J’ai également envoyé ce rapport à Bruno Racine, Président du Centre Pompidou, qui m’a immédiatement répondu et dit : ‘Je veux que le Centre Pompidou retrouve une dimension internationale, je suis preneur d’une exposition sur l’art contemporain africain’. Je rencontre à ce moment-là Jean-Hubert Martin. Il est alors en train de préparer une telle exposition et je lui propose de la faire ensemble. Et je deviens alors, à la demande d’Alfred Pacquement et Bruno Racine, co-commissaire pour la France de l’exposition.1

A son arrivée le projet était déjà bien engagé, il était entendu que le commissaire général soit Simon Njami.

Exposition itinérante, Africa Remix s’est déplacée sur trois continents l’Asie, l’Europe et finalement l’Afrique, les différentes étapes sont les suivantes:

  • Le Museum Kunst Palast à Düsseldorf du 24 juillet au 7 novembre 2004 avec le commissariat de Jean-Hubert Martin
  • La Hayward Gallery à Londres, du 10 février au  17 avril 2004 avec le commissariat de Roger Malbert
  • Le Centre Pompidou à Paris, du 25 mai au 8 août 2005 avec le commissariat de Marie-Laure Bernadac
  • Le Mori Art Museum à Tokyo, du 27 juin au 30 août 2006 avec le commissariat de David Elliot
  • Le Moderna Musset à Stockholm, du 14 octobre 2006 au 14 janvier 2007 avec le commissariat de Annika Gunnarson
  • La Johannesburg Art Gallery, à Johannesburg du 26 juin 2007 au 30 septembre 2007 avec le commissariat de Clive Kellner

Chacune de ces étapes a donné lieu au commissariat principal de Simon Njami. Né en Suisse et d’origine camerounaise. Il est l’un des fondateurs de la Revue noire. Il a plusieurs fois été directeur des Rencontres photographiques de Bamako entre 2001 et 2007. Sa connaissance de la scène contemporaine africaine et de ses artistes a certainement été l’une des principales raisons dans sa nomination en tant que commissaire principal de l’exposition.

Africa Remix est une co-production entre le Muséum Kunst Palast, la Hayward Gallery, le Centre Pompidou et le Mori Art Museum. A notre connaissance, le Moderna Museet de Stockholm et la Johannesburg Art Gallery n’ont pas participé aux discussions du comité de sélection des artistes. L’itinérance à Stockholm et Johannesburg n’apparaît dans aucun des communiqués de presses des quatre premiers lieux. Clive Kellner, commissaire à la Johannesburg Art Gallery et ami de Simon Njami, a ensuite intégré l’équipe avec la volonté de montrer l’exposition sur le continent africain. Quatre pays africain avaient été retenus lors de la conception de l’exposition mais il semble qu’aucun n’est eu les moyens financiers nécessaire pour l’exposition. Lors d’un entretien avec TV5 Monde Simon Njami avoue le manque de moyens des infrastructures africaines. A Johannesburg l’exposition a été financée entièrement à partir de mécénats car « l’exposition n’entrait dans aucun des budgets de la Johannesburg Art Gallery. »2 Il semblerait que l’exposition soit née des rencontres entre Simon Njami et David Elliot malgré que l’histoire officielle dise le contraire. Simon Njami revendiqua à plusieurs reprises la paternité du projet.

Mes recherches aux archives du Centre Pompidou me laisse penser que l’exposition devait s’arrêter au Centro Atlántico de Arte Moderno (CAAM)  à Las Palmas dans les Iles Canaries. Dans une lettre située aux Archives du Centre Pompidou, Jean Hubert Martin s’inquiète du manque de réponse de la part de « Las Palmas ». Le musée est connu pour son ouverture sur les créations contemporaines non occidentales ; des expositions d’art africains contemporain on eu lieu précédemment à Africa Remix ; en 1991 le musée présenta Africa Now. En 2006, « Olvida quién soy/Erase me from who I am » se focalisait sur l’art sud-africain.

Le choix du Centre Pompidou dans l’itinéraire de l’exposition fait preuve d’une volonté politique et historique. Comme le souligne Bruno Racine3 dans le catalogue de l’exposition4  Africa Remix entre la une politique du Centre d’ouvrir ses collections aux scènes artistiques non-occidentales. Déjà en 2003, l’exposition Alors la Chine ? organisée dans le cadre de l’année de la Chine en France, se proposait d’exposer « la vitalité de la création contemporaine chinoise». En 1989, le Centre Pompidou avait présenté Magiciens de la Terre, l’exposition fit œuvre de pionnier dans la présentation des créations contemporaines non occidentale.

Le commissariat de l’exposition est symptomatique de deux tendances de la création contemporaine africaine apparu dés le début des années 1990. Une tendance internationaliste et universaliste, représenté par Simon Njami qui a l’image de la Revue Noire refuse toute revendication d’exotisme et africanisme, et une autre tendance « plus authentique », héritée de Magiciens de la terre, représenté par Jean-Hubert Martin. Face à ses positions presque antagoniques, le commissariat de Marie-Laure Bernadac et David Elliot se situait entre les deux. La sélection des œuvres s’est effectuée à partir de ce commissariat hétérogène, les co-commissaires devaient soumettre à l’appropriation des autres membres du comité leur sélection d’artistes. Interrogé par Delphine Calmettes, Marie-Laure Bernadac explique cette démarche :

‘Il fallait qu’à chaque fois les choix soient validés par l’ensemble des commissaires, chacun apportait ses « dossiers » mais en général tout le monde était d’accord. Il y a eu quelques tensions intéressantes sur la présence des Magiciens dans l’exposition : Simon Njami était assez contre car il voulait sortir de la conception des Magiciens, nous avons fait deux trois concessions quant à la collection Pigozzi, mais en même temps nous voulions absolument exposer Frédéric Bruly Bouabé et d’autres artistes de sa génération. »5

En effet seulement deux artistes : Frédérick Bruly Bouabré et Bodys Isek Kingelez présent au « Magiciens de la Terre » ont été montrés lors d’Africa Remix. En comparaison avec « les Magiciens de la terre », la plupart des artistes de Africa Remix sont intégrés dans le marché de l’art et ont déjà participé à des expositions organisées par les commissaires.

Comme le souligne le communiqué de presse Africa Remix propose une vision globale de la création du continent, il s’agit apparemment d’un cas unique d’état des lieux des créations artistique contemporaine du continent africain. Faisant le lien entre le tradition et contemporain, « l’exposition propose un aperçu de ce que pourrait être l’art africain contemporain de demain et des liens qui nous manquent entre l’ancienne Afrique et celle d’aujourd’hui ».

L’exposition a plusieurs objectifs : « d’une part celui de mettre en évidence les enjeux de la créativité africaine, d’autre part, d’en finir avec une série d’idées préconçues et de mythes sur l’Afrique. » Cette première remarque invite à renforcer la position de la création contemporaine africaine dans le marché de l’art et en finir avec les questionnements sur la contemporanéité de l’art africain.

L’exposition réunissait des artistes sous les présupposés d’une culture commune. Ainsi l’exposition réunit des artistes vivant en Afrique ainsi que des artistes massivement répandus dans le monde entier, principalement pour des raisons historiques. Les artistes originaires d’Afrique restent attachés au continent : L’Afrique est plus qu’un territoire c’est une identité. Cette « identité » se traduit dans la pluridisciplinarité des œuvres présentées. Africa Remix rassemblait 150 œuvres de 89 artistes autour d’une grande diversité de moyens d’expressions : photographie, nouveaux médias, peinture, installation, sculpture, musique, design et dessin. La majorité des œuvres présentées sont postérieures à Magiciens de la terre et aux années 2000. (A l’exception d’une œuvre de Chéri Samba toutes les œuvres semblent avoir été réalisées avant Magiciens de la Terre). Ce choix montre une volonté d’entrer dans une conception « post-Magiciens ». Le parcours  était organisé autour d’une alternance de salles spécifiquement dédiées aux installations des différents artistes, et des espaces plus ouverts regroupant peintures et photographies. « Le parcours est basé sur l’idée de deux grandes esplanades permettant de dégager de vastes perspectives et desservant de part et d’autres les salles dédiées aux installations. »6 Les œuvres étaient regroupées en quatre sections autour des thèmes suivants: Identité et Histoire, Ville et Terre, Corps et Esprit, Design Mode et Musique. Chacune de ses thématiques correspondaient à une couleur: jaune (Identité et Histoire), bleu (Corps et Esprit), rouge/orange (Ville et terre) et vert (Design Mode et Musique.). Certains murs étaient peints en fonction de la thématique auquel correspondait l’emplacement de l’artiste. Dans le catalogue de l’exposition on trouve sur le plan de l’exposition, des points de couleur qui correspondent aux artistes et chaque couleur correspond à leur thématique respective.7À partir de l’étude des vues de salles de l’exposition, il est difficile de comprendre l’ensemble des structures scénographique. Les démarcations de thématiques ne semblent pas être visible dans toutes les salles, deux artistes affilés à une même thématique pouvaient se trouver à des espaces complètement opposés dans l’exposition. Il est également regrettable que toute les salles de l’exposition n’ai pas été photographier cela nuit à la compréhension de l’espace scénographique. La forme de l’exposition était légèrement différente en fonction des lieux. Si on retrouve des similitudes, la scénographie était choisie par le commissaire affilié au lieu. Les contraintes spatiales sont les premières raisons de ces changements. A Düsseldorf, l’exposition s’étalait sur plusieurs étages du musée. A la Hayward Gallery, le lieu était plus réduit, les espaces d’exposition se déployaient sur 2 niveaux et les différentes thématiques de l’exposition étaient très structurées. A Paris, l’exposition comptait prés de 2200m2 mais les thématiques n’étaient pas très bien définies, le spectateur pouvait parfois avoir la sensation d’être perdu. Pour l’exposition, le Centre Pompidou acheta 5 œuvres de Samuel Fosso ; les œuvres font aujourd’hui partie de la collection du musée. Sept œuvres de Frédéric Bruly Bouabré sont également dans la collection du musée mais leur date d’acquisitions n’est pas communiquée. Environ 90 % des œuvres présentés sont des prêts faits auprès de galerie, d’institutions et des artistes.

En lien avec l’exposition ont été programmés des événements scientifiques et artistiques : un colloque scientifique sur le thème de la création africaine contemporaine était présenté en partenariat avec le Centre Pompidou et le Musée du Quai Branly. Une programmation cinématographique : Fiction d’Afrique,  des ateliers et une programmation musicale ont également été présentés. Point important, un film documentaire8 sur l’exposition a été réalisé par Valéry Gaillard. Intitulé A l’ombre des masques, le film a été réalisé grâce a un partenariat entre Arte France, L’OIF (Organisation Internationale de la francophonie) et le Centre Pompidou. Le film alterne entre interviews d’artistes dans leur atelier et montage l’exposition à Paris.

Le budget de l’exposition était de 928 000 euros pour les quatre premiers lieux de l’itinérance. Ce montant à été répartit en quatre parties de la façon suivante : La Hayward Gallery, Le Museum Kunst Palast, le Centre Pompidou ont chacun participé à hauteur de 239 085 euros. Le Mori Art Muséum a participé à hauteur de 210 752 euros9. La participation au budget par La Moderna Musset et la Johannesburg Art Gallery (JAG) n’apparaît pas dans les contrats passés entre les institutions. L’exposition a fait l’objet d’un mécénat important de l’entreprise TOTAL. Le principal mécène l’entreprise s’est engagé à hauteur de 100 000 euros pour les quatre premiers lieux de l’itinérance. Dans son communiqué de presse l’entreprise dit vouloir : « Être solidaire de toutes les civilisations du monde et valoriser leurs patrimoines ». A travers ce mécénat l’entreprise souhaite contribuer « au rayonnement des cultures et au tissage de liens générationnels et sociétaux. »10 L’ Association Française d’Action Artistique (l’AFFA) dans le cadre de son programme Afriques en Créations a également participé financièrement à hauteur de 100 000 euros. Elle a collaboré avec le Centre Pompidou dans l’organisation de colloques scientifique autour de l’exposition et dans l’aide au développement des publics. Le Ministère de la communauté flamande, l’entreprise « HIVOS », La Prince Claus Fondation ont participé financièrement à l’exposition mais le coût de ce mécénat n’apparaît pas dans les archives du Centre Pompidou. Avec 158 759 visiteurs pour 66 jours d’ouvertures, l’exposition a rencontré une fréquentation moyenne, peut être dû à sa programmation en fin de saison (du 25 mai au 8 août 2005). Le Centre Pompidou était également en partenariat médias avec le magazine « L’Intelligent », la chaîne de télévision TV5, la radio Rfi, et la chaîne de radio Nova Paris. En tant que partenaire de l’exposition la radio Rfi a organisé une émission en direct de l’exposition le premier jour de l’exposition (25 mai 2005).

Malgré les contestations de Simon Njami, Africa Remix peut être vu comme une suite logique des « Magiciens de la Terre ». L’exposition constituait un compromis des précédentes critiques faites contre la démarche de Jean-Hubert Martin et Magiciens de la Terre. Il a été reproché à Jean-Hubert Martin de conserver une approche ethnologique dans la conception de Magiciens de la Terre. Simon Njami tendait vers une conception de l’art global; où « l‘art extra-occidental » ne peut se concevoir sans une mixité artistique avec l’art occidental. Pour Simon Njami, le titre Africa Remix est « une manière de rappeler aux uns et aux autres que, d’une part l’Afrique ne commence pas au sud du Sahara, mais au rive de la méditerranée et que, d’autre part elle ne peut se résumer à quelques archétypes parce que le continent africain est vaste et son histoire complexe. »11 Dans un entretien avec Sejro Mensah pour le site Africultures, Simon Njami explique que l’Afrique ne peut être réduite à des notions d’identité.12 L’Afrique ne doit pas se limiter à des notions géographiques, c’est d’abord l’idée d’une culture commune aux africains qui regroupe ces artistes. Néanmoins, cette méthode de sélection comporte des risques d’enfermement identitaire. En classant les artistes africains venant d’Europe et d’Afrique sur le même plan en raison d’une supposée affiliation à une même culture, les commissaires réduisent les artistes sous une entité géographique et identitaire. La complexité de leurs travaux est mise au second plan devant leur appartenance à un groupe.

Comme beaucoup d’expositions thématiques,  Africa Remix s’est heurtée à une quête de définitions, quête d’un objet redéfini au cours des décennies mais qui reste encore pour certains mal compris. La quête de définition des créations du continent africain se heurte à la dialectique de l’universel et du particulier, l’art contemporain africain veut s’inscrire dans une vision universaliste tout en gardant son passé culturel. Le monde de l’art a toujours eu une inclinaison à présenter un art en quête de d’identité. Pour pouvoir exister dans « la grande histoire de l’art », les artistes ont besoin d’être replacés dans une histoire et une géographie spécifique, notamment les créations artistiques non européennes qui n’ont cessé d’être questionnées et définies depuis plusieurs siècles.

A ce jour Africa Remix  reste la plus importante exposition présentant uniquement des artistes venant du continent africain. Elle permit de renforcer la place des artistes africains dans le système de l’art contemporain, tout en structurant un réseau d’experts avec une reconnaissance internationale.

  1. Interview de Marie-Laure Bernadac avec le site Paris-art, le 07 juin 2005 [Consulté le vendredi 31 mai 2013] []
  2. Interview de Simon Njami avec TV5 monde. [Consulté le 2 juin 2013] []
  3. Bruno Racine était le Président du Centre Pompidou de 2002 à 2007 []
  4. RACINE Bruno, Avant propos Africa Remix, catalogue d’exposition « Africa Remix l’art d’un continent », p. 7 []
  5. Marie-Laure Bernadac, Entretien mené le 23 avril 2008 au Musée du Louvre à Paris par Delphine Calmettes, in « Quel avenir pour l’art contemporain en Afrique après Africa Remix? » []
  6. Citation de Nathalie Crinières, dans «  note d’intention et esquisses », voir boite Boite 2008027/OB « Africa Remix Mai 2005 » N°13-dossier plan), Archive du Centre Pompidou []
  7. Plan de l’exposition, In « Africa remix l’exposition/ The exhibition », Editions du Centre Pompidou, 2005, Paris, p. 3 []
  8. Valéry GAILLARD, À l’ombre des masques, 51’39, les films du tambour de soie, 2005 []
  9. Source : Archive du Centre Pompidou, Boite 2008010/006- dossier vert Africa Remix 25/05-18/08/04 []
  10. Communiqué de presse sur le site de la Fondation Total, Exposition Africa Remix, l’art d’un continent, Centre Georges Pompidou, 2005, Paris []
  11. « C’est à l’Afrique de se définir elle-même et à personne d’autre », Entretien de Sedjro MENSAH avec Simon NJAMI, Vienne, Mars 2005 []
  12. « A savoir qu’être africain c’est être né et vivre en Afrique. Ce qui me parait un peu court parce que l’Afrique est partout, elle est ailleurs, à commencer par ce que je représente.  » ((Propos de Simon NJAMI tiré de l’article « C’est à l’Afrique de se définir elle-même et à personne d’autre ». Sedjro MENSAH, Mars 2005 sur le site : http://www.africultures.com []

Maeva

Actuellement étudiante en Master 2 Art contemporain et nouveaux médias à l'université Paris VIII Vincennes Saint-Denis.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *