« Le catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou : vers une archive ouverte de l’exposition » : compte-rendu de la journée d’étude du 4 décembre 2012 (partie 3).

La matinée s’est poursuivie par une intervention de Didier Schulmann, directeur de la bibliothèque Kandisky.  D. Shulmann a débuté son intervention en montrant un extrait vidéo d’une discussion entre Nicolas Serota et Chris Dercon ayant eu lieu au Centre Pompidou, quelques semaines plus tôt.

Nicholas Serota : « Nous nous trouvons dans une institution qui a été pionnière dans les années 1970-1980 en inventer un nouveau type d’expositions. Si je dois penser à une institution qui a réinventé le concept d’exposition, c’est bien le CP à partir de Pontus Hultén jusqu’au présent parce qu’ici on peut voir des expositions à plusieurs échelles différentes (Dali est un exemple ou de petites expositions plus restreintes, des expositions ‘dossier’). Les expositions qui incluaient des documents, des films, des archives, etc. sont des expositions du  futur. »

Chris Dercon : « Ce qui est très intéressant, c’est que les jeunes conservateurs sont ravis d’intégrer dans leurs expositions du matériel secondaire qui renforcent l’idée zero money collecting parce qu’aujourd’hui, il est possible de faire des expositions avec un matériel documentaire et on voit aussi que le nouveau public veut ne seulement voir l’œuvre fétiche, œuvre master pièce. Quand on voit les publications que font les nouveaux conservateurs et la manière comment ils utilisent les images, on voit que les gens ne se contentent pas d’acheter les pièces, mais ils enchainent des documents. Ils enchainent des histoires et ils créent des contextes différents et cela sert à créer des connections. »

Didier Schumann souligne donc ce dialogue sur la présence de l’archive et la documentation dans les expositions. Cependant, il se dit frappé par l’expression de Chris Dercon de Zero money collecting. Les archives et la documentation ne sont pas, selon lui, une collection qui se réunit de manière simple. Pour les garder, il faut forcément procéder à des traitements spéciaux ou encore prévoir des endroits spécifiques pour la conservation des archives. Il est nécessaire de professionnels et d’organisation, de numérisation, etc., Il y a toute une communauté autours des archives qui facilite le rapport à l’archive de point de vue de son exploitation pour la recherche et son exploitation expographique. Tout cet équipement n’est pas gratuit. A la différence de la notion Zero money collecting évoqué par Dercon, on peut dire que les coûts d’acquisitions de la documentation sont très lourds pour les finances publiques. Bien évidemment, on ne peut pas occulter qu’aujourd’hui dans les salons de bibliophilie des corpus entiers sont offerts à de nouvelles formes d’investissements. Ces fonds donnent lieu à la spéculation des prix.  Aujourd’hui, il faut donc reconnaître que cet aspect matériel-économique interfère avec l’histoire et avec l’écriture de l’histoire de l’art.

Cette problématique du Zero money collecting  renvoie à une autre question. On ne peut pas oublier qu’installer ou accrocher la documentation dans de vitrines coûte très cher. Un centimètre carré de documentation est peut-être plus cher qu’un centimètre carré d’une huile sur toile. La présentation dans de vitrines, qui deviennent plus en plus est spectaculaire, coûte cher. C’est pourquoi, aujourd’hui, on ne peut pas penser, comme le prétend Chris Dercon, qu’accrocher la documentation a simplifié l’exposition. C’est plutôt le contraire.

D. Shulmann poursuit en citant quelques exemples paradigmatiques de documentaire au sein du Centre Pompidou : L’un des exemples paradigmatique de documentations au cours de ces dernières années, est l’exposition « Dada » de 2005, qui a permis d’ouvrir très large l’éventail de toutes les solutions muséographiques depuis la vertical jusqu’à la vitrine traditionnelle. Laurent Le Bon et son équipe sont parvenus à tenir compte des exigences de préteurs et de contraintes de la spectacularisation en matière archivistique. De ce point de vue, l’exercice a été parfaitement réussi dans la présentation des archives documentaires. Un autre exemple est l’exposition « Ateliers 2007 », sur l’histoire des ateliers d’artiste au 20e siècle. Dans laquelle on a accroché les documents aux cimaises (donc, elles étaient vues comme des tableaux). Ce type de disposition du document force le regard tel que le fait l’œuvre d’art et constitue une forme différente d’installer le document aux cimaises. Un autre exemple, est la distribution et l’utilisation de couloir dans l’accrochage de la collection pour les 30 ans du Centre Pompidou où on a décidé de montrer une autre histoire de l’art, différente de celle présentée dans les salles en montrant des revues mais aussi des documents les plus banals, des documents presque de nature journalistique. Cette infiltration du documentaire, maintenant, fait que la collection doit être présentée avec une partie importante de documents qui sont accrochés à côté et dans le même registre qu’une œuvre d’art.

L’équipe qui a travaillé pour l’exposition « Dada » a travaillé aussi pour l’inauguration du Centre Pompidou Metz. Dans l’exposition « Chefs d’œuvre » 2011, l’équipe de Metz a proposé une autre forme de reconstitution des documents par exemple de la bibliothèque d’André Malraux. A côté de la reconstitution, ils sont exposés une centaine de documents de la bibliothèque Kandinsky pour présenter un possible récit de l’histoire de l’art du XXème siècle.

Schulmann conclue en affirmant que l’on peut voir le chemin parcouru depuis « Paris-Moscou », exposition dans laquelle les documents étaient présent dans une certaine confusion et dans une grande visibilité. Si on fait une  recherche photographique dans l’archive de vues d’exposition, on voit que dans le registre il n’y a pas la même clarté qu’aujourd‘hui par rapport à la place du documentaire. On regardant les images et les prises de vue, on réalise qu’il y a une certaine fétichisation du document qui est légitime et nécessaire, qu’on ne peut pas évacuer, mais « le documentaire reste le documentaire » et à côté du document original, il faudra avoir une documentation numérique qui permettra au visiteur au-delà de la contemplation pouvoir avoir accès à ces sources. Il faut que ces archives avec son épaisseur ne soient pas seulement des beaux objets.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *